docteur perraudin

Prothèse de genou

Sport et prothèse de genou

Mise à jour le 5 novembre 2018

Le but de la pose d'une prothèse ne peut pas être la reprise d'un sport mais l'amélioration d'un genou douloureux et handicapant. Le premier objectif après la prothèse est d'obtenir un genou indolore sec et mobile.

Si, après une prothèse à glissement, le patient retrouve progressivement une bonne condition physique, il peut envisager, 3 à 6 mois après son intervention, la reprise d'un sport qu'il pratiquait auparavant mais tous les sports ne sont pas conseillés.

Plusieurs communications scientifiques ont été publiées sur ce sujet.

Sports fortement déconseillés : course à pied, ski nautique, football, handball, rugby, basket, sports de combat, squash, tennis en simple.

Sports conseillés : marche, natation, voile, plongée, bowling,vélo, golf, randonnées et danse.

Certains sports peuvent être pratiqués sous contrôle médical : tennis en double, ski alpin, ...

 

Pourquoi ces réserves ?

la pratique des sports entraine

  • un risque d'usure plus important des matériaux de la prothèse,

  • un risque de mobilisation anormale des pièces qui peuvent se décoller (se desceller) de l'os.

  • un risque d'instabilité de la pièce en poly éthylène

     
  • un risque d'accident

    • d'entorse et donc de rupture de ligaments , voire de luxation de la prothèse (les ligaments participent à la stabilité de la prothèse)

    • de fracture de l'un des os sur lesquels la prothèse est fixée (tibia, fémur et éventuellement rotule)

     

Tout cela n'est pas très encourageant, je le reconnais, mais il appartient à chacun par la suite de prendre tel ou tel risque, en fonction de la façon dont il se sent sur son genou.

L'important, à mon avis, tient dans la formulation de son objectif : se faire opérer pour reprendre un sport que l'on ne pratique plus depuis longtemps est risqué.

Retour au Menu prothèse

Le résultat d'une prothèse est la satisfaction de vos espoirs pré-opératoires; à condition qu'ils soient réalistes.

Docteur J.E. Perraudin