Site du Docteur Jean Etienne PERRAUDIN

 

Infos sur les prothèses du genou

site du docteur perraudin

Prothèse Partielle de genou

Prothèse totale de genou

 

Se préparer à unePROTHESE DE GENOU

 

LA REPRISE DES PROTHESES DE GENOU. (7 mars 2017)

site du docteur perraudin

Prothèse de genou de reprise
   
Exemple de prothèse de reprise.

Etant donné que les prothèses de genou sont de plus en plus posées (40 000 par an en France ) et depuis longtemps maintenant, le changement de prothèse est devenu une pratique fréquente. La technique et les matériaux (prothèse de reprise) ont beaucoup progressé et progresseront encore.

Ces progrès permettent aussi de mieux accepter la première pose de prothèse dont on ne sait jamais à l'avance la durée de vie pour un patient précis. Le fait de pouvoir la changer un jour est une information importante, même si ...

La prothèse uni-compartimentale peut se desceller. Elle est alors changée pour une prothèse totale.

I DUREE DE VIE D'UNE PROTHESE de GENOU

La durée de vie d'une prothèse de genou est effectivement très variable selon le type de prothèse posée et le type d'utilisation de la prothèse.

L'AGE : Une prothèse totale de genou posée à 70 ans a moins de temps pour s'user suffisament pour nécessiter un changement alors qu'une prothèse posée chez un jeune homme de 55 ans a une forte probabilité de connaitre un changement.

Le POIDS : influence evidemment la durée de vie de la prothèse de même que le NIVEAU D'ACTIVITE bien sùr, tout en sachant qu'un minimum d'activité est nécessaire pour en profiter.

Le type de prothèse : la prothèse uni-compartimentale a beaucoup plus de risque de se desceller après 10-15 ans que la prothèse totale, surtout si elle est posée sur un sujet jeune.

II les CAUSES DES REPRISES

Une prothèse est changée lorsqu'apparait un problème d'origine mécanique et/ou infectieuse qui entraine une perte de la fonction (douleurs, boiterie,..) ne pourra s'améliorer et qui

III les reprises de prothèses de genou : de grands progrès techniques

Les progrès dans la reprise des prothèses permet de prendre plus facilement sa décision de se faire opérer quand le moment est venu; ceci évitera de plus en plus de voir arriver en consultation des patients avec des genoux très déformés, souffrant et boitant depuis de longues années. Il faut souligner que certains de ces genoux non prothèsés à temps posent des problèmes de reconstruction qui peuvent être au moins aussi compliqués (voire plus) que ceux rencontrés lors d'une reprise.

IV Complications des reprises des prothèses de genou

Ce sont celles des prothèses de genou avec des risques supplémentaires ( cutané, mauvaise prise des greffes osseuses éventuelles, instabilité de la prothèse, instabilité de la rotule, nouveau descellement , etc,.)

V les PROBLEMES PARTICULIERS AUX REPRISES (changement) des prothèses de genou.

La reprise d'une prothèse pose des problèmes supplémentaires (que l'on peut d'ailleurs rencontrés dans des vieux genoux déformés et handicapant depuis de longues années...):

  • Problèmes cutanés : genou souvent multicicatriciel avec risque de nécrose cutanée par mauvaise vascularisation .
  • Perte de substance osseuse en particulier avec la nécessité d'utiliser des greffes d'os ou une prothèse modifiable qui peut s'adapter par l'ajout de petites plaques métalliques supplementaires.
  • Problèmes ligamentaires ( état des deux ligaments interne et externe qui peuvent être rompus, ou distendus) : ceci peut nécessiter l'utilisation d'une prothèse à charnière : les deux éléments prothètiques sont liés par une charnière (voir photos ci-dessous).
  • Risque infectieux est toujours plus important sur des genoux déjà opérés: il nécessite un
    • bilan soigneux à la recherche de foyers infectieux (dentaires, urinaires, ...). Il faut aussi considerer qu'une cause infectieuse surajoutée peut être à l'origine de l'usure ou du descellement de la prothèse d'origine. Il est donc essentiel de faire un
    • bilan précis du genou à ré-opérer (biologique, avec ponction du liquide intra articulaire par exemple). Ceci permettra d'obtenir des renseignements précis sur la nature et les caractéristiques d'un germe éventuel avant l'intervention et donc de cibler les traitements anti-infectieux pré-, peri-,et post-opératoires.
      • La rééducation est souvent plus longue car il faut protéger certaines structures fragiles. Elle doit respecter les mêmes principes : améliorer la fonction sans rendre douloureux +++.

Docteur J.E. Perraudin (page revue le 7 03 2017)