Arthrose

Prothèse de genou

Hospitalisation Anesthésie Complications

Rééducation

dr perraudin

Site du Docteur Jean Etienne PERRAUDIN sur la chirurgie du genou
 

INFORMATION SUR LES PROTHESES DE GENOU

(la version actuelle vous sera remise en consultation)

La prothèse a pour but de remplacer le cartilage usé.

I / GENERALITES sur l'arthrose et la prothèse du genou


· Le cartilage recouvre les surfaces articulaires du fémur, du tibia et de la rotule. Le cartilage s’use avec le temps.
· Le genou présente trois compartiments (surface de contact articulaire entre les cartilages de deux os)
o Le compartiment entre le fémur et la rotule (appelé compartiment fémoro-patellaire);
o Le compartiment entre le fémur et le tibia qui est divisé en deux compartiments, l’un interne l’autre externe (compartiment fémoro-tibial interne et externe).
o Ces trois compartiments peuvent être usés en même temps ou indépendamment les uns des autres.
· Lorsqu’un seul compartiment est usé, par exemple fémoro-tibial interne, la prothèse peut être une petite prothèse qui ne remplace le cartilage que dans ce compartiment. Il s’agit d’une prothèse unicompartimentale (interne, externe ou rotulienne)
· La prothèse peut être totale remplaçant alors le cartilage des deux compartiments fémoro-tibiaux et éventuellement même le fémoro-patellaire.


II / LA PROTHESE de genou


Le but est d’enlever le moins d’os possible et de ne remplacer que le cartilage. Il s’agit de «  re-surfacer «  l’extrémité osseuse. La prothèse remplace le cartilage, recouvre l’os.
Le matériau :
La pièce fémorale est en métal, chrome-cobalt.
La pièce tibiale peut être
soit uniquement en polyéthylène (plastique) et c’est le cas de la prothèse unicompartimentale interne ou externe (HLS) que j’utilise
soit chrome cobalt : c’est le cas de la prothèse totale « FIRST»  que j’utilise et dans ce cas, il existe une pièce intermédiaire en polyéthylène qui glisse entre les deux pièces métalliques fémorale et tibiale.
Fixation des pièces prothétiques
soit par l’intermédiaire d’un ciment ,
soit sans ciment et c’est alors l’os qui se fixe progressivement sur la prothèse qui est recouverte d’une structure spéciale (le porocoat ou équivalent). La prothèse tient immédiatement car elle est impactée en force.
La fixation est solide d’emblée dans les deux cas et permet la mobilisation immédiate du genou et la marche, sans aucun risque pour la prothèse.
Suites aux données des dernières études, je fixe la pièce tibiale avec du ciment et la pièce fémorale en force sans ciment sauf circonstances particulières.


III / L’INDICATION CHIRURGICALE


Elle repose d’abord et avant tout sur une gêne fonctionnelle importante (boiterie, douleurs, déformation…) résistant à un traitement médical bien conduit (médicaments contre la douleur, anti-inflammatoires, infiltrations, viscosuplémentation, rééducation).
La décision de poser une prothèse de genou n’est jamais faite dans l’urgence, mais c’est une décision prise en sécurité, après avis du chirurgien et de l’anesthésiste.
L’alternative à l’intervention est de continuer le traitement médical (médicaments, rééducation).
L’anesthésiste demandera souvent l’avis de vos spécialistes habituels (cardiologue, diabétologue,…).Ces consultations permettent de dépister les risques encourus et de vous préparer à cette intervention dans les meilleures conditions.
Les complications : Il existe beaucoup de complications possibles et notre but est de les dépister et de les traiter rapidement . Il est donc essentiel que vous me préveniez au fur et à mesure de tout incident pendant les suites opératoires (même si vous êtes dans un centre de rééducation) soit en appelant sur ma ligne directe (01 42 49 34 60) en précisant que c’est post-opératoire et
Avant l’intervention, vous pouvez me parler directement sur cette même ligne pendant mes consultations (mardi et jeudi) pour me poser toutes les questions que vous voulez.

IV / LA PREPARATION DE L’INTERVENTION


Il s’agit donc de se donner les moyens pour éviter et limiter au maximum toutes les complications possibles.


A / La première étape


Me téléphoner pour que soient fixées les dates de votre consultation d’anesthésie et de votre opération si vous le souhaitez
Voir votre médecin traitant pour lui en parler : il vous prescrira peut-être un bilan en fonction de vos problèmes médicaux.
le dentiste : Prendre rendez-vous chez votre dentiste habituel pour vérifier l’absence de foyer infectieux au niveau des dents et de la mâchoire (la radio des dents est indispensable : panoramique dentaire). Vous pouvez le faire dès maintenant car les soins dentaires doivent être terminés avant l’intervention.
ECBU : Faire un examen cytobactériologique des urines (ECBU) quelques semaines avant l’intervention pour rechercher une éventuelle infection urinaire.
Votre médecin généraliste peut vous prescrire cet ECBU, traitera une éventuelle infection urinaire et vous prescrira un prélèvement de contrôle.
UN PRÉLEVEMENT NASAL pourra vous être prescrit à la recherche de bactéries. La présence de ces bactéries nécessiterait alors un traitement adapté avant l’intervention.
Apporter les résultats de ces examens et la lettre de votre chirurgien dentiste à mon anesthésiste, lors de votre consultation d’anesthésie.

B / Organiser le retour à la maison +++

La sécu peut vous aider à préparer le retour à la maison après une prothèse de genou : (aide à domicile, infirmière, kinésithérapeute (si vous n'en avez pas )... cliquez ICI

 

C / Consultation d’anesthésie.


Mon assistante vous donnera votre rendez-vous. L’anesthésiste vous donnera son accord pour l’intervention, éventuellement après consultation d’autres spécialistes. Deux types d’anesthésie sont possibles avec chacun leurs avantages et inconvénients : loco-régionale (péridurale) ou générale. Votre anesthésiste décidera en fonction de vos souhaits mais aussi en fonction de critères médicaux.


C / Bilan radiologique


Des radios seront faites la veille de votre intervention pour permettre de prendre les mesures nécessaires pour la pose de la prothèse.
Pour la prothèse totale, vous ferez un scanner ici le jour de la consultation : ce scanner permet de fabriquer des «masques» de votre genou et des guides de coupe qui permettront de poser la prothèse avec encore plus de sécurité. Notez que ces guides sont offerts par le laboratoire Symbios qui fournit la prothèse. Cette technique récente et sans danger est très prometteuse et remplacera la chirurgie assistée par ordinateur faite auparavant.


D / Durée de l’hospitalisation et de la rééducation :


Vous devez prévoir un séjour de 5 jours (ou moins) en clinique et une amélioration nette dans les deux mois suivants (qui se poursuivra encore dans l'année qui suit l'opération)..
Cette rééducation peut se faire près de chez vous (avec les premières séances à domicile) ; c’est le mieux ++++ si vous êtes bien entouré.

VOUS pouvez vous faire aider à la maison : merci à la sécu qui peut vous l'organiser (aide à domicile par exemple)

Cliquez ICI


Si vous vivez seul(e) ou si les choses seraient trop compliquées à la maison vous pouvez faire votre rééducation du premier mois dans un centre de rééducation ou une maison de repos avec kinésithérapie.
Il est important d’y penser avant pour prendre la décision au moment de la prise du rendez-vous opératoire (+++) car la démarche de prise en charge pour avoir une place est longue. Cette demande risque d’être sans suite si vous vous y prenez pendant votre hospitalisation…

 

V / Le jour de l’hospitalisation (la veille de votre intervention)


Il faut apporter votre dernière ordonnance de médicaments +++ pour que l’infirmière puisse vérifier les prescriptions données par l’anesthésiste. Vos médicaments habituels seront soit arrêtés soit prescrits par l’anesthésiste en fonction de leurs interactions avec les produits anesthésiants.
Vos médicaments personnels, s’ils doivent être continués, seront fournis par la clinique.
Arrivée vers 16 heures à la Clinique des Maussins-Nollet pour votre hospitalisation
Si vous avez demandé une chambre seule, deux cas sont possibles :
Soit la chambre est libre lors de votre arrivée et dans ce cas vous pourrez en prendre possession le soir même,
Soit ce n’est pas le cas et la chambre vous sera donnée le lendemain de l’opération, dans la mesure du possible.
Préparation pré-opératoire :
La veille et le matin de l’intervention, vous prendrez une douche avec un produit antiseptique (bétadine ou chlorhexidine si allergie bétadine). Il faudra insister sur la région de votre genou et sur toute la jambe opérée, sur les aisselles et les parties uro-génitales.
Avant de descendre au bloc opératoire, on vous donnera une prémédication pour vous détendre.
L’heure de l’opération prévue par le bloc opératoire est approximative.
Vous serez emmené(e) au bloc opératoire sur un brancard par un brancardier.
A votre arrivée vous serez conduit en salle de réveil
où l’équipe soignante vous posera une perfusion
l’anesthésie loco-régionale (rachi-anesthésie) y sera réalisée par votre anesthésiste.

VI/ Intervention : durée, déroulement, salle de réveil

L’intervention dure 1H environ pour une prothèse unicompartimentale et entre 1 et 2 H pour une prothèse totale, selon l’importance des lésions et le type de prothèse posée.
Des antibiotiques sont administrés dans votre perfusion avant l’intervention pour prévenir une complication infectieuse.
Retour en salle de réveil où vous resterez quelques heures après votre intervention.
Cette période de réveil vous permettra d’être surveillé(e) au mieux dans cette période délicate.
Vous recevrez des médicaments anti-douleurs, anti-inflammatoires dès votre réveil, systématiquement pendant 24 heures puis à la demande. Ces médicaments sont administrés par votre perfusion au début, puis par voie orale.
Un cathéter intra-articulaire peut avoir été posé par votre chirurgien : il permettra d’instiller du produit anesthésiant directement dans le genou pendant les 48 premières heures.
Ou une pompe à morphine sera installée pour vous aider si nécessaire. La morphine entraine facilement des nausées, voire des vomissements ; je précise ces inconvénients pour que vous ne l’utilisiez qu’à bon escient.
Retour ensuite soit dans votre chambre soit en réanimation, en fonction de la décision de l’anesthésiste.
Remarque importante: la prothèse posée est d’emblée solidement fixée et elle ne risque rien lors des mouvements de votre genou. Vous pouvez donc vous mettre sur le dos ou sur le côté ; ceci n’a pas d’importance.
Pour prendre du recul par rapport à vos douleurs, la meilleure solution est
de garder la jambe allongée et dans cette position, vous concentrer sur votre travail de contraction du muscle de votre cuisse : il s’agit de l’exercice de « l’écrase-coussin » que vous pouvez voir sur le site et que je vous ai déjà expliqué en consultation.
Cet exercice doit être commencé dès votre réveil, sans aucun danger et je vous conseille de vous y entraîner avant l’intervention.
Le but de cet exercice est de maintenir votre genou tendu. Parallèlement, ceci favorisera votre reprise de la marche, puisque c’est ce muscle qui vous permet de contrôler votre genou lors de la marche.

VII/ POST OPERATOIRE


Vous n’avez pas d’attelle en général. Je ne pose pas de redon (petits tuyaux sortant du genou et du pansement) si je vous ai mis un cathéter intra-articulaire. Sinon ces redons ont pour but d'empêcher le gonflement du genou en facilitant l’évacuation de l’hématome .Il est normal d’ailleurs que le liquide bouge dans les tuyaux lorsque vous effectuez les contractions musculaires dont je viens de vous parler. Ces contractions aident le drainage du genou.
Le fait de poser un petit coussin sous votre genou peut vous permettre de vous sentir plus confortable la nuit en particulier mais il faut veiller à bien travailler AUSSI sans le coussin +++. Ceci ne doit pas empêcher le travail musculaire dont je viens de vous parler. Il s’agit donc alors d’écraser le coussin, d’appuyer sur le coussin avec vos muscles.
La douleur post-opératoire est très variable et doit rester tout à fait supportable grâce aux médicaments. N'hésitez pas à signaler vos douleurs aux infirmières +++.La prescription est adaptée à votre cas.
Le glaçage du genou est un moyen efficace, pendant toute la période post-opératoire, pour diminuer le gonflement et la douleur dans votre genou.
Vous recevrez des anti-coagulants pour éviter une complication veineuse à type de thrombo-phlébite .


VIII/ LA REEDUCATION :

·A/ Pendant les premiers jours post-opératoires,

votre kinésithérapeute viendra vous voir chaque jour. Il s'agit
de vous reposer, avec des médicaments contre la douleur et des anti-coagulants,
de travailler votre muscle comme expliqué ci-dessus (écrase coussin),
de laisser votre genou plier (utilisation du kinetech qui ne doit pas être douloureux)
de vous entraîner à marcher avec l'aide du kinésithérapeute.(Vous vous lèvez habituellement le deuxième jour pour aller au fauteuil. Puis vous marcherez avec un déambulateur puis avec des béquilles)
Vous pouvez appuyer complètement sur votre genou opéré. L'idéal, au début, est de chercher à marcher sur un genou bien tendu. Ce sera d'autant plus facile de maintenir cet appui que vous travaillerez régulièrement votre muscle dans votre lit.
Je serai là pour vous aider au fur et à mesure. Mes passages sont souvent rapides, si tout va bien… Surtout n'hésitez pas à me poser des questions, je saurai prendre le temps nécessaire à chaque fois. Si les questions vous reviennent alors que je suis parti, n'hésitez pas à les poser à mon assistante, qui, elle aussi, fera sa visite quotidienne et me les transmettra.

La rééducation post-opératoire est fondamentale. Son but est d'améliorer vos conditions de marche et d'obtenir une flexion et une extension correcte de votre genou tout en gardant un genou peu gonflé et peu douloureux.
Il faut donc être patient, car aller trop vite entraînera un gonflement et des douleurs du genou, qui freineront à leur tour votre progression.


B/ les six semaines suivantes :


Vous devez compter environ 6 semaines avant de retrouver une autonomie correcte.
Prévention des phlébites :
Le traitement anticoagulant sera éventuellement poursuivi selon la prescription de l’anesthésiste. Ce traitement anticoagulant nécessite une surveillance régulière et il sera pris en charge par le médecin du centre de rééducation ou par votre médecin généraliste en cas de retour à domicile.
Le port de bas de contention est recommandé, en fonction des antécédents personnels, comme vous l'aura expliqué l’anesthésiste.
Lorsque vous êtes assis, gardez le plus possible votre jambe et votre genou surélevés (le mollet sur un oreiller posé sur un tabouret par exemple).
Je vous revois environ six semaines après l'intervention ou à la sortie du centre de rééducation..
Comme je vous l'ai expliqué en consultation, vous pouvez rester en contact avec moi par téléphone.


C/ Quelles sont les choses que vous devez me signaler ?


Un problème de cicatrice, quel qu'il soit, doit m'être signalé même s'il est pris en charge en centre de rééducation ou par votre médecin.
L'apparition de fièvre (prenez votre température en cas de doute)
Sensation de blocage du genou ou absence d'amélioration progressive de la flexion doivent vous amener à me contacter.
La rééducation doit être indolore ou presque. Si la rééducation est ou devient douloureuse, vous devez m'en informer sans attendre (que ce soit en centre ou près de chez vous) +++
En pratique, n'hésitez pas à me contacter. Il vaut mieux un coup de téléphone de deux minutes et que vous soyez rassuré, plutôt qu'une inquiétude cultivée régulièrement.


IX/ Les résultats des prothèses de genou


Ils ont fait d'énormes progrès depuis quelques années. Le but premier de la prothèse est de soulager la douleur. La disparition de la douleur peut être complète ou incomplète, avec persistance de douleurs dans certaines positions ou lors de changement de temps. Ces douleurs résiduelles peuvent être plus ou moins importantes et s'améliorent en général avec le temps.
La mobilité dépend de la qualité de votre appareil musculaire (force et souplesse) et de votre travail en rééducation. La flexion moyenne obtenue après une prothèse totale de genou est d'environ 110° mais elle peut être supérieure. Elle est un peu supérieure après une prothèse unicompartimentale (125° souvent).


 

Docteur Jean Etienne Perraudin (page revue le 13 02 2016)